Kaffrine : ECONOMIE Fatou Diouf, une femme leader au service du développement

Elle est la Présidente du Réseau des femmes transformatrices de la région de Kaffrine, son nom Fatou Diouf, une femme leader, toujours au service du développement et de l’autonomisation des femmes bientôt plus de 30 ans.
Agé de la cinquantaine, celle qu’on appelle la dame de fer a sillonné beaucoup de villages et de
pays pour défendre et lutter pour l’autonomisation des femmes.
Originaire de Ndoucoumane, elle a commencé ses activités en 1986 dans le développement au
groupement de Sagna en tant qu’animatrice.
« En février 1988,j’ai effectué ma première visite en France, avec le partenaire ou une association Echanges et solidarités. En 2004,j’ai commencé après à aller dans les foires Fidak (Foire internationale de Dakar) , Fiara (Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales )avec les femmes de la région , qui sont très braves et dynamiques » explique—t—elle. En 2019, Khady Diouf participe au salon international de France grâce à l’appui de la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de kaffrine, son partenaire numero1, qui ne cesse de l’accompagner, dit-elle.
Très active , rigoureuse , disponible , brave , dynamique , engagée , modeste et ambitieuse , Fatou Diouf , malgré sa taille , reste une modèle de réussite et d’abnégation , d’après certaines de ses proches au quartier Kaffrine2 Sud.
« Toute sa vie, c’est le développement, l’autonomisation des femmes et le travail. C’est notre modèle, notre référence » a témoigné une jeune dame, préférant garder l’anonymat.
Aujourd’hui, elle est la Présidente du GIE Fass Diom Liguey de kaffrine, également , présidente union communale des femmes en élevage de kaffrine (Dirfel) , présidente du réseau des femmes transformatrices régionales Nano Der , présidente du GIE Fass Diom des femmes de cauries régionales .
Selon elle, les femmes de kaffrine sont dans la transformation, savonnerie les céréales et la
nutrition.


Au—delà, des activités génératrices de revenus, Fatou Diouf accompagne les femmes à avoir des soins de qualité de moindre cout. Raison pour laquelle, elle a trouvé une stratégie d’enrôler beaucoup de femmes dans certaines mutuelles de santé de kaffrine.
Une femme qui, sa maison a toujours été le lieu de passage et de logements provisoires de beaucoup d’élèves, et enseignants venant des autres localités.
Son combat défendre les femmes
«Aujourd’hui nous bénéficions des projets de l’état certes à travers notre entreprise, mais

nous voulons plus accompagnent pour assurer l’autonomisation des femmes. Les femmes des communes rurales doivent aussi être accompagnées et les personnes vivant avec un handicap, car, c’est des responsables, très braves qui se débrouillent sans moyens.
Seul le développement m’intéresse. C’est pourquoi je m’investis personnellement pour former et appuyer les femmes chez moi, avec du matériel que j’ai acquis de pleine» dit—elle.
Les femmes de kaffrine veulent plus de formation , d’accompagnement à travers la formalisation , surtout les autorisations de fabrication et de mise en vente (FRA) , mais également des lieux de travail adéquats et même des moyens de transport , pour faciliter la commercialisation des produits , a plaidé Mme Diouf.
Elle reconnait toutefois, que beaucoup d’efforts ont été déployés par l’Etat du Sénégal et
certains partenaires pour les accompagner dans Ieur travail.
La dame de fer qui a accumulé des années d’expérience dans la transformation agroalimentaire, estime qu’elles sont dans une région où l’agriculture domine comme activité. C’est donc bien de pouvoir aider les femmes à accéder à la terre, à pouvoir se doter de machines et des unités de transformation, souligne—t—elle.
Cependant, elle appelle les autorités à organiser des foires locales dans la région de Kaffrine pour les aider à écouler Ieurs marchandises, tout comme elle invite les autorités à se déplacer durant les foires nationales et internationales pour soutenir les femmes de Ieur localité.
Profitant de l’occasion, elle a remercié, madame TaII , Ndeye Sylla , la directrice régionale de la famille de sa vision et de son leadership d’accompagner les femmes de la région . « Elle nous accompagnent et nous appuient beaucoup. Nous la remercions vivement de son esprit d’ouverture » a—t—elle saluée.»
« Je voudrais remercier personnellement la chambre de commerce de kaffrine, l’ancienne équipe comme l’actuelle équipe de Ieur accompagnement. le président Docteur Moustapha Diop et son infatigable secrétaire général, Thierno Ndao , un homme dynamique , rigoureux et disponible dans le travail , qui ne cesse de nous accompagner. Nous les remercions vivement de l’encadrement, des conseils et de l’appui »juge-t-elle.
Egalement, elle a remercié toutes les autorités de la région de kaffrine sans exception, de Ieur
soutien.
Distinctions


Après ce riche parcours et ce travail bien accompli au service des femmes, Fatou Diouf a été
honoré plusieurs fois par différents organismes comme partenaires.
Meilleure femme transformatrice de la région de kaffrine, Iors du festival national des arts et de la culture ( Fesnac) , organisé à Kaffrine en 2023.
Lauréate de la deuxième édition du Business Academy , organisé par l’ADEPME.
Bénéficiaire de l’autorisation de fabrication et de mise en vente ( code FRA) , pour la
fabrication , de la vente , la transformation et le conditionnement en vue des produits destinés

à travers le GIE Fass Diom.
La dame de fer a également obtenu le certificat de propriété de codes à barres décerné par International Barcodes Network.
Récemment, Iors de la célébration de la journée internationale de la femme, célébrée à kaffrine, elle a été décorée et honorée par les femmes de la région, pour services rendus.
Elle a également remporté le prix de la meilleure boisson Iors de la 3eme concours national d’art culinaire sur le consommer local en 2012, au centre régional d’enseignement technique féminin (CRTEF) de Fatick.
Pour elle, Les femmes du Sénégal sont plus que vaillantes. C’est pourquoi, elles méritent tous les honneurs.

POEPLE
SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Fatick : 230 femmes vont bénéficier d’un programme d’alphabétisation

Toubacouta, leguirel.net – Quelque 230 femmes des zones couvertes par les Aires marines protégées de Bamboung et de Sokone vont bénéficier d’un programme d’alphabétisation pour tirer le maximum de profit de leurs activités génératrices de revenus.

Sept salles de classe vont être ouvertes dans ces localités pour former 230 femmes à travers le projet ”Natur’Elles” qui vise à améliorer la protection de la biodiversité et renforcer la résilience des communautés vulnérables au changement climatique.

”Nous allons apprendre aux femmes s’activant dans la transformation des produits halieutiques, à écrire et à lire et surtout les former sur la littérature financière afin qu’elles savent comment gérer leurs revenus et améliorer leurs conditions de travail”, a expliqué Diaba Diop, présidente du réseau des femmes du secteur de la pêche artisanale du Sénégal.

Elle intervenait lors de la cérémonie de lancement des classes d’alphabétisation fonctionnelle et de litteratie financière au profit des femmes vivant dans les zones couvertes par les Aires marines protégées Bamboung et de Sokone.

Selon Mme Diop, ces séances d’alphabétisation participeront à l’autonomisation des femmes, car, elles seront formées dans leurs secteurs d’activités.

Une approche saluée par le sous-préfet de Toubacouta, Amath Saiko Ly, qui estime que les classes d’alphabétisation vont apporter une valeur ajoutée aux activités déroulées au quotidien par les femmes.

“Cette approche va leur permettre de tirer le maximum de profit dans ce qu’elles font. Déjà qu’elles occupent une place stratégique dans le développement économique du pays et cela va avoir un impact positif dans l’amélioration de nos produits”, a-t-il indiqué.

Le projet ”Natur’Elles” ambitionne de toucher 8.000 bénéficiaires directs dont 6.000 femmes et 85.000 indirects, répartis dans 125 villages. Il s’attache à améliorer la gouvernance des ressources naturelles, favorisant une gestion plus durable et équitable des écosystèmes de la mangrove.

Il devrait générer des bénéfices importants pour les populations locales en offrant des opportunités économiques durables tout en préservant les ressources naturelles, a indiqué Lamine Dédhiou, coordonnateur des opérations du projet ”Natur’Elles” dans le Delta du Sine-Saloum. source aps

POEPLE
717 milliards des inondations, l’argent détourné : Ousmane Sonko annonce la couleur…

Ousmane Sonko a annoncé des audits pour clarifier les Sénégalais sur les 714 milliards de F CFA que l’ancien régime avait déclaré financer pour mettre fin aux inondations. Pour le Premier ministre, l’État sénégalais ne va plus accepter certaines actes d’indisciplines ou défaillances en complicité avec certains services de l’État. Il a aussi fait savoir que l’argent détourné sera traqué et investi pour les besoins de la population.

Nous allons récupérer l’argent détourné où est-ce qu’il se trouve. L’État ne ménagera aucun effort pour récupérer l’argent détourné ou volé au profit des besoins des Sénégalais et régler les problèmes définitivement, a-t-il fait savoir.

Le Premier ministre explique que tout le monde sait qu’il y a des changements climatiques causant beaucoup de pluies et que les gens n’y peuvent rien. Mais, il ne pense pas que ce soient réellement les véritables causes des inondations… « En tant que natif de la Casamance, je ne vois pas de grandes pluies à Dakar… Les véritables causes des inondations sont l’indiscipline et le laxisme des autorités et de certaines populations… ».

« On a dit que 717 milliards ont été dépensés pour lutter contre les inondations et pour la réalisation d’infrastructures. Dans les jours à venir, il y aura un audit pour savoir réellement où est passée cette manne financière. »

Ousmane Sonko ajoute : « Il y aura moins d’indiscipline, c’est-à-dire que les gens ne pourront plus faire ce qu’ils veulent avec la complicité des services de l’État, comme construire des maisons sur des zones inondables, des voies d’eau… Mais, tout cela est terminé… »

En ce sens, il précise que les lotissements réguliers relèvent du domaine de l’urbanisme, du cadastre. Et s’il s’agit d’un lotissement irrégulier, la DESCOS ne doit pas l’accepter. D’après lui, c’est la première responsabilité de l’État et de l’administration…source senego
POLITIQUE
Missirah Wadene Les agents Fera réclament leurs 8 mois d’arriérés de salaires

Ils ont à bout de nerfs les agents du Fonds d’entretien routier autonome (FERA) de la commune de Missirah Wadene, dans le département de Koungheul, région de Kaffrine. Ces derniers réclament le paiement de 8 mois d’arriérés de salaire.

‘’Nous sommes restés 8 mois sans percevoir notre salaire. C’est trop, alors que nous sommes des pères et des mères de famille. Nous sommes fatigués et nous souffrons’’, a dénoncé l’un des superviseurs préférant garder l’anonymat.

 

Selon lui, ils peinent à joindre les deux bouts à cause du retard récurrent de leurs salaires.

 » Nous exigeons le paiement’’ des salaires, car la fête ‘de Tabaski s’approche’’, réclame t’il.

‘Ils ont lancé un appel au président de la République, Bassirou Diomaye Faye, et à son Premier ministre, Ousmane Sonko au secours.

Nos tentatives de joindre le maire de Missirah sont restées vaines

ACTUALITE
Kaffrine Open national taekwondo : les rideaux sont tombés

C’était une compétition sportive importante pour la région de kaffrine, le week-end passé au Cem Babacar Cobar Ndao à travers la ligue de Taekwondo, qui a organisé pour la première fois, une telle compétition nationale qui a réuni beaucoup d’athlètes venus des différentes régions du Sénégal.

En effet, 300 athlètes étaient présents, répartis dans les différentes catégories.
Au finish la région de Kaffrine s’est bien distinguee dans la catégorie minime avec deux médailles.

Ainsi, après une phase d’éliminatoire intense, l’équipe de Kaffrine a obtenu la  première place  à travers la personne de Younoussa Thiam du club Hankong, suivi d’Amadou Coura Ba  de Ndoucoumane  club et enfin pour la troisième place, Fallou Diop de Sow Taekwondo de Diourbel.

Pour la catégorie minimum fille moins de 29 kilogramme, Fatou Diallo du club Fityanou Sidkhine  de Kaolack, occupe la première place, suivie de Faty Ka du club Yaakar de Diourbel et Mame Diarra Guene de Ndoucoumane remporte la troisième place.

Pour ce qui concerne la catégorie cadette , moins de 49 kilogrammes garçon , le trophée est remporté par Serigne Fallou Mbacké du club Fityanou Sidkhine de Kaolack , suivi de Khadim Thiam du club Sounatou Rassoul de Diourbel .

Dans la catégorie junior , Omar Mbaye du club Yaakar de Diourbel , s’adjuge le trophée , devant Diery Konteye du team de Diourbel et Mamadou Thiam du Bambouck club occupe la troisième place.

Enfin, dans la catégorie senior , Saliou Wade du club Koki de Louga , remporte trophée , suivi de Mor Cissé du centre catholigna de Fatick.

La cérémonie officielle de clôture était  présidée  par l’inspecteur régional du sport de Kaffrine, Ibrahima Diba , en présence du  président de la fédération sénégalaise  de Taekwondo ,Ababacar  Fall , ainsi que différentes personnalités .

ACTUALITE
Societe Menace de boycott : ce gros nuage noir qui plane sur la campagne agricole

Un Conseil interministériel a été déjà consacré à la campagne agricole hivernale à venir. Le Premier ministre Ousmane Sonko avait présidé la rencontre au Centre international de Conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD). Parmi les décisions phares figurent le budget porté pour la première fois à 120 milliards FCFA, mais également le paiement des dettes dues aux opérateurs et l’implication des forces de défense et de sécurité dans la distribution des semences.

A en croire Source A, les problèmes sont loin d’être réglées. La preuve, souligne le quotidien d’information : « Les opérateurs semenciers, en conclave mardi, n’écartent pas de croiser les doigts. »

Autrement dit, éclaire celui-ci, ils réclament leurs sous à l’État du Sénégal. Faute de quoi, ils vont boycotter les opérations. « Il nous sera impossible de nous engager à fournir des semences à l’État, si nous ne nous faisons pas rembourser nos dettes notamment celle de 2023-2024 », menace en effet un des opérateurs semenciers, ayant pris part au conclave, contacté par la source.

L’ardoise est estimée à 43 milliards de francs CFA, estime l’interlocuteur du journal. Qui lâche qu’il est également reproché au gouvernement, qui s’était engagé à solder la dette « entre le 6 et le 10 mai », d’avoir libéré « seulement 20 milliards » sur le montant dû.

Il s’y ajoute, peste l’acteur agricole, que « jusqu’a la fermeture des banques hier, les virements effectués (19 milliards à la Banque agricole et un milliard entre la BCAO, la Banque islamique et la BNDE) n’étaient pas encore positionnés » même si, tempère Source A, il est probable qu’ils entrent en possession des fonds ce mercredi.

Autre grief relevé contre le gouvernement, selon le journal : « Un audit ne saurait être invoqué comme argument pour retarder le paiement desdites dettes », préviennent les semenciers.source seneweb

ACTUALITE POLITIQUE
SENEGAL-HYDRAULIQUE / Situation de l’accès à l’eau : “30 forages hors service” recensés dans la région de Louga (gouverneur)

– La région de Louga, avec 326 forages, dont 30 “sont complètement à l’arrêt”, se trouve confrontée à “un défi important” en matière d’accès à l’eau potable, soutient son gouverneur, Ndèye Nguénar Mbodj.

“Dans la région de Louga, nous avons au total 326 forages, dont 30 sont complètement à l’arrêt”, a déclaré Mme Mbodj dans un entretien avec des journalistes, mardi, à l’issue d’un comité régional de développement (CRD) consacré au secteur de l’hydraulique.

L’Office des forages ruraux (OFOR) “a déjà fait un rapport avec le service régional de l’hydraulique” sur cette situation, elle a de même procédé à un recensement, a dit Ndèye Nguénar Mbodj, en assurant que les services concernés “ont déjà commencé à régler cette question”.

Le gouverneur de Louga pointe toutefois “un défi important dans l’accès à l’eau potable dans cette région, nécessitant probablement des mesures pour restaurer ou remplacer ces forages inactifs afin de répondre aux besoins des communautés locales en matière d’eau”.

Selon Mme Bodj, “le problème du forage de Tessékéré”, par exemple, “un forage pastoral, à l’arrêt depuis plus de deux ans pratiquement a été évoqué au cours de cette rencontre”.

Elle s’est dite “rassurée par l’OFOR qui a promis de prendre en charge cette question en procédant à l’électrification de ce forage-là, parce qu’il fonctionnait avec un groupe électrogène, qui est actuellement en panne”.

Elle a de même signalé “quelques difficultés dans la gestion de certains forages”, avant de demander aux “préfets et sous-préfets, qui sont en train de faire leur recensement, de procéder au renouvellement des comités de gestion de ces forages-là”.

Le gouverneur de Louga a également demandé “un appui pour la construction de forages dans des localités qui en sont dépourvues, et l’équipement des forages qui ont été déjà réalisés par le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC)”.

L’Office des forages ruraux “a donné également son accord par rapport à cette question-là”, a assuré Ndèye Nguénar Mbodj.

“L’Etat du Sénégal a eu à faire beaucoup de réalisations pour que l’accès à l’eau soit universel afin de soulager les populations, mais tout de même, quelques préoccupations ont été soulevées dont la première c’est la question de la qualité de l’eau”, a-t-elle indiqué.

“Le directeur général de la Sénégalaise des eaux rurales (SDER), qui est le délégataire du service de l’eau, a donné son accord pour envoyer une mission également pour vérifier la qualité de l’eau et l’assurance que ces représentants sont sur place et qu’ils vont davantage communiquer avec les populations”, a-t-elle fait savoir.

S’agissant de “la vétusté de certains châteaux d’eau”, elle a demandé “au préfet de chaque département de convoquer les commissions auxiliaires de protection civile qui vont aller sur les sites concernés pour faire des rapports qui seront transmis à l’OFOR, qui a un programme de réfection de ces châteaux d’eau-là”.source aps

ACTUALITE
Ligue 2 LAS Kaffrine valide sa montée

AS KAFFRINE a tenu le pari. Notre club fanion a validé son ticket pour la Ligue 2. Kaffrine retrouve l’antichambre de l’élite du football Sénégalais. Une grande fierté pour tous les Kaffrinois.
Bravo à tous les joueurs de l’As Kaffrine pour la merveilleuse saison que vous nous avez fait vivre.


Bravo à tous les membres du staff technique et administratif. Bravo à tous les dirigeants et fils de Kaffrine qui se sont mobilisés autour de l’équipe. Grâce à votre ténacité, notre ambition de batir un grand Club avec des structures solides prend chaque jour forme. Et si nous y parvenons, c’est avec l’appui de tous nos supporters. Grâce aussi à tous les partenaires qui nous ont fait confiance et qui nous accompagnent au quotidien.
Merci à tous pour cette joie et ces moments forts que nous partageons.
Ensemble, nous prenons rendez-vous pour de nouveaux défis.

Abdoulaye Saydou SOW
Président AS KAFFRINE
Maire de Kaffrine

POLITIQUE
Gamou Sorom Le khalife de Leona Niassene prie pour les nouvelles autorités et demande qu’on dimunie les denrées de première nécessité

Le Gamou annuel du village de Sorom dans la commune de Diagane Barka, département de Foundiougne, région de Fatick, édition 2024 a vécu le week-end passé, sous la présidence du Khalife général de Leona Niassene, Cheikh Tidiane Oumayma Niass.
Une occasion pour lui de prier pour les nouvelles autorités, afin qu’elles puissent avoir de la réussite.

 » Je souhaite une bonne réussite aux nouvelles autorités du pays à savoir le président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye et le premier ministre, Ousmane Sonko » a t’il dit.

Pour le marabout, il faut accompagner le nouveau régime et prier pour leur réussite.

Toutefois, il a sollicité la baisse des prix des denrées de première nécessité.

Mieux, il invite les jeunes à davantage considérer les chefs religieux, qui sont des régulateurs sociaux incontournables dans la société.

Profitant de l’occasion, il a prié pour un bon hivernage de cette année.

Ce Gamou annuel, cette année a pris une autre dimension, avec une cérémonie officielle pour la première fois, présidée par L’adjoint au sous préfet de l’arrondissement de Djilor, Mamadou Diène, accompagné de la delagation du maire de la commune de Diagane Barka, conduite par Papa Diaw, adjoint au maire et digne fils de Sorom qui a tout facilité et Ibrahima Sy conseiller municipal à Diagane Barka , par ailleurs président de la commission coopération et planification.

 » Nous sommes venus représenter le maire de la commune de Diagane barka, Mabousso Diallo, retenu, mais, nous sengageons ici, à faire le nécessaire pour que l’année prochaine, qu’on puisse organiser un CLD, avant, afin de prendre toutes les dispositions nécessaires en collaboration avec avec les autorités administratives  » a promis M. SY.

À rappeler que ce Gamou est initié par feu Serigne Cheikh El Hadji Ousmane Cissé un grand marabout et talibé de Mame Khalifa Niass depuis bientôt plus de 30 ans. Une œuvre perpétuee par son frère non moins actuel khalife de la famille, El Hadji Keba Cissé, accompagné de ses fils et petits fils à Sorom.

ACTUALITE
Kaffrine: Alimentation Première rencontre de la plateforme régionale, les acteurs s’engagent à relever les défis

Kaffrine: Alimentation

Première rencontre de la plateforme régionale, les acteurs s’engagent à relever les défis

La salle de la gouvernance de kaffrine a abrité, ce mercredi, la première rencontre de la plateforme régionale de dialogue permanent sur l’alimentation, après son lancement par le gouverneur de la région El Hadji Bouya Amar, et madame Grace Ezan, cheffe de service prospective alimentaire du secrétariat exécutif du conseil national de sécurité alimentaire.

En effet, cette rencontre présidée par l’adjointe au gouverneur en charge des affaires administratives, Aissatou Ndiaye Diallo, a vu la présence des différents membres de la plateforme et tous s’engagent à relever les défis, afin de faire la promotion des bonnes pratiques alimentaires susceptibles de préserver la santé des populations.

Selon Docteur Daouda BADJI Chef du Bureau Régional à la Sécurité Alimentaire de Kaffrine , l’idée c’est de contribuer à l’échelle régionale à la promotion de politiques alimentaires qui préservent durablement la santé.

Il s’agit selon lui, de développer un cadre inclusif et collaboratif qui permettrait de répondre aux besoins spécifiques de la région, tout en favorisant une approche holistique et durable de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Mieux, ajoute t-il, une large sensibilisation sur Les habitudes alimentaires et modes alimentaires sera mise en exergue,à travers l’identification du public cible et les messages clés.

Ainsi, il a été retenu durant cette rencontre différentes activités de sensibilisation dont : un forum régional sur l’alimentation des concours culinaires, des randonnées pédestres, un don de sang et des émissions radio.

ACTUALITE